Editorial mars 2013


Progrès technologique du générateur de dialyse :
1970 L’électronique intègre les générateurs et en améliore le suivi des paramètres et la sécurité.

1980 La détection d’air dans le circuit sanguin, le dégazage et la détection de fuite de sang dans le circuit dialysat deviennent systématiques.
Le bicarbonate remplace peu à peu l’acétate dans la fabrication du dialysat.

1990 L’informatique intègre désormais les générateurs.

L’évolution des dialyseurs, des circuits extracorporels, des générateurs de dialyse ont permis d’améliorer la qualité de l’hémodialyse.

L’Hémodialyse nécessite 3 éléments :
Le dialyseur dans lequel nous trouverons la membrane de dialyse sous forme de fibres creuses. Le circuit sang et le dialysat sont séparés par la membrane. En hémodialyse, la membrane est une membrane artificielle, synthétique. Elle se présente sous forme de fibres capillaires, le sang circulant à l’intérieur de la fibre, le dialysat à l’extérieur (il n’y a pas de contact direct entre le sang et le dialysat). Les fibres capillaires sont réunies dans un dispositif appelé dialyseur qui comporte donc une entrée et une sortie pour le sang et une entrée et une sortie pour le dialysat. Au sein, du dialyseur, la circulation du sang et du dialysat se fait à contre sens, ce qui optimise les échanges. Le dialyseur est alimenté en permanence en dialysat propre.

Le circuit sang : il comporte un circuit extracorporel qui amène le sang dans le dialyseur et un tuyau qui ramène le sang à la fistule. Ces tuyaux sont reliés à des aiguilles qui sont piquées dans la fistule en début de séance.

Le dialysat : c’est un liquide qui a une composition proche du plasma et qui est fabriqué par le générateur de dialyse. Il va circuler dans le compartiment externe du dialyseur et va se charger petit à petit de l’urée, du phosphore, de la créatinine… Actuellement le dialysat est fabriqué juste avant la dialyse à partir de concentré liquide et d’eau pure voire ultrapure autorisant l’injection. Le dialysat concentré est dilué part le générateur de dialyse et mélangé avec une solution de bicarbonate obtenue également avant la dialyse à partir d’une poudre ou de bicarbonate liquide concentré. Il est donc possible d’ajuster la teneur en bicarbonate du dialysat et la teneur en sodium. La machine permet aussi de régler son débit, sa température et elle contrôle la quantité d’eau que le patient doit perdre (ultrafiltration).

 
Hubert METAYER
____________________________________________________________________________________

PREPROGRAMME

22ème SESSION NATIONALE D’ETUDE ET DE PERFECTIONNEMENT
21 1 22 Novembre 2013 à TOULON